LE SOUFISME

Le Chemin du Coeur

Le Soufisme est méconnu de nos jours car beaucoup de gens croient que c’est une pratique révolue, une connaissance des anciens temps.
C’est pourquoi lorsque j’ai entrepris la Voie Soufie, les gens disaient que je m’engageais dans une voie sans issue.
Ils pensaient que tôt ou tard, je rebrousserai chemin car selon eux, je me dirigeai vers un trésor qui était vidé depuis l’antiquité.
Le Soufisme est une pratique qui permet à l’homme d’explorer les réalités qui se cachent derrière les apparences. En effet, quiconque se limite aux simples apparences ne fait que se tromper.

Le Soufisme est la mère de toutes les religions. Ainsi lorsque celles-ci tendent à perdre leur crédibilité, ce sont les Soufis qui la revigorent.
J’ai pratiqué le Soufisme pendant plus de 25 ans. Tout ce temps, les gens disaient que cette voie n’aboutirait à rien mais voilà que maintenant, j’ai réalisé de nombreuses choses qui ont pour fondement ma pratique du Soufisme. Les projets que j’ai mis en œuvre sont aujourd’hui loués et appréciés par tous ceux qui jadis critiquaient mon itinéraire.

Le Soufi est celui qui recherche Dieu dans la douleur, c’est-à-dire dans la faim, la soif, la patience et la solitude. Le soufi éduque et maîtrise son corps ainsi que son esprit pour se rapprocher de l’essence universelle de la création.
Ce n’est qu’après 40 ans que le prophète Mohamed (Paix et Salut sur Lui) nous a fait part d’une religion nommée l’Islam. Cela implique qu’avant cette révélation, il pratiquait le Soufisme qui se caractérisait par ses jeûnes, ses solitudes, ses méditations dans une caverne de montagne.
Après l’ère de la prophétie, ce sont les Soufis qui ont établi les Tarikhas (confréries) pour renforcer les religions.

Le Soufisme est une pratique laïque et universelle. Autrement dit, le Soufisme n’a pas de religion spécifique car il se pratique dans l’Islam, le Christianisme, le Judaïsme, le Bouddhisme, l’Hindouisme, la Philosophie, le Zen, etc.

Les soufis incarnent la connaissance nommée Makhrifatou Billahy et les gens qui s’y ressourcent sont nommés Arifina Billahy.

Le Soufisme, c’est apprendre à se découvrir soi-même afin de pouvoir se considérer dans sa vraie grandeur. Comme le dit Socrate, qui maîtrisait l’Art d’accoucher les esprits, « Connais-toi toi-même».
Le Soufisme octroie à son adepte une vision qui dépasse de très loin celle du commun des mortels.

Le Soufisme antique diffère du Soufisme contemporain du fait que de nos jours, les milieux où se cachaient les Soufis de jadis ont été absorbés par les exploitations humaines. La règle de l’art est maintenant de s’éloigner de son extérieur (le corps qui incarne le monde) pour se rapprocher de son intérieur (l’âme qui est la substance vivante qui donne la vie à toute à toute vie).
Les Soufis méditent sur la terre, l’eau, le feu et l’air qui sont les quatre éléments de la nature pour en découvrir l’existence Divine. Ils observent les lois de la nature pour comprendre leur propre existence.
L’homme est composé de l’âme et du corps, il faut donc beaucoup méditer pour séparer et nourrir ses deux parties.
A l’image du corps, l’âme a besoin de boire, de manger, de se vêtir, de se purifier et tout cela, elle ne peut l’acquérir qu’en s’abreuvant à la source Divine.

Le Soufisme a ses propres conditions pour s’adonner à sa pratique qui s’avère être difficile pour la personne débutante.
Il faut par exemple diminuer le manger, le boire, le sommeil, le désir, le verbe, et toujours se plonger dans une méditation profonde amplifiée par la solitude.

Le Soufisme représente l’homme avec un haut et un bas. Lorsqu’il s’adonne à la culture de son esprit, il renforce son humanisme. A l’inverse, lorsqu’il vaque à ses désirs corporels, il alimente son animosité et c’est alors qu’il est considéré comme un animal et traité comme tel.
Le Soufisme fait incarner la succession de Dieu sur Terre et montre à l’homme pourquoi il existe et quelle est sa destinée.

Le Soufisme est une pratique et une volonté de se rapprocher au plus prés des réalités de l’existence. Quant à la religion, elle est une forme d’organisation qui a pour but d’équilibrer la société. En épousant le Soufisme, l’homme échappe au monde sensible pour le monde intelligible.
Si tu ne comprends pas ce que disent les soufis, tu pourrais penser qu’ils racontent des inepties. Or, ils ne mentent pas mais ils sont très loin du sens commun des mortels. C’est ce qui explique donc que souvent les Soufis sortent du cadre de la vie ordinaire.
Par exemple, un jour, je me souviens, j’étais assis au sol et je faisais mes zykres. A cet instant, j’ai vu le ciel descendre jusqu’au niveau de ma tête de telle sorte que si je redressais un tout petit peu, ma tête, mon turban aller être humecté par les nuages. A ce moment, j’ai senti la fraîcheur du ciel et tous les arbres environnants se précipitant vers moi. C’est alors qu’une sensation m’empara de dire à Dieu : «Si je veux je ressuscite les morts sans que Tu n’y puisses rien».
Un autre jour, j’ai aussi dit à Dieu de me prouver sa grandeur, et à l’instant même, les reptiles, les rats et tous les habitants des trous aux alentours sont sortis pour me faire part de la grandeur Divine. Aussitôt, j’ai remercié Dieu et ils sont retournés dans leurs demeures respectives.
Enfin et pour ne citer que ces exemples là, un jour, en plein zykres dans la forêt, un Boa s’est dirigé vers moi pour me dévorer alors je lui ai donné l’ordre de retourner d’où il venait et il a obéit.

Les Soufis disent que Dieu existe sous deux aspects, un qui est matériel et l’autre qui est immatériel comme l’homme l’est de par le corps qui est matériel et de par l’âme qui représente l’immatériel. Par là, ils enseignent donc comment parvenir à nourrir l’âme qui ne se nourrit pas des mêmes éléments que le corps.
Les Soufis disent que tant que l’homme continue à vivre dans le culte de son corps, il n’échappera jamais aux douleurs et aux chagrins qui s’incarnent dans leur vie.
Pour être libre, les Soufis soutiennent qu’il faut se détourner de tout ce qui est plaisir et bagages car sans le corps, l’homme ne ressent pas ce qu’est femme, enfant, maison, voiture… L’homme ne ressent donc pas de besoins qui le tiraillent ni de souffrance lors de perte de ses biens.

Le Soufisme incarne toute sorte de science, mais sa spécificité est le culte du bon comportement de l’être humain.
Si quelqu’un décide de découvrir ce qu’est réellement l’existence, alors le Soufisme est le seul moyen d’y parvenir.
Beaucoup de gens théorisent sur le Soufisme sans le vivre vraiment.
Le Soufisme ne s’apprend pas dans les livres, car seule la pratique peut faire accéder au Ciel des Soufis. En effet, quelque soit la voie que l’on décide de suivre, il faut toujours se connecter à un spécialiste car au-delà de toute théorie, la réalité de l’expérience s’impose.

 

Cheikh Baba Sy